Zoom sur la migration des gnous

 

La migration des gnous au Kenya et en Tanzanie est la plus grande migration terrestre encore effectuée. Un spectacle époustouflant!

 

cliquer sur l’image pour l’agrandir
 

Les gnous et quelques autres espèces d’herbivores, migrent au rythme des saison des pluies entre la Tanzanie et le Kenya dans l’écosystème du Serengeti – Maasai Mara, soit dans un périmètre de 25 000 km². Ils peuvent ainsi se nourrir des herbes bien fraiches. Cette migration est aussi engendrée par les nutriments contenues dans ces plaines d’Afrique. Ainsi, dans le Maasai Mara, les gnous viennent se nourrir de Juin à Octobre d’herbes riches en azote cuivre, sodium et zinc. En Tanzanie, grâce au volcan Enkai ou Ngorongoro, la terre du Serengeti contient du phosphore, magnésium et du calcium, ce qui favorise la production d’un lait riche nécéssaire à la croissance des bébés gnous qui voient le jour à partir de février dans ces plaines. Et quand l’herbe s’assèche vers les mois de mai – juin, les animaux repartent vers le Maasai Mara…. Ce périple d’une année représente entre 1500 et 2500 kilomètres parcourus!

 

Quand a t-on découvert l’existence de cette grande migration?

Quiconque a la chance de voir de près la migration de deux millions d’animaux sera touché par la magie de ce lieu. Qu’est-ce qui nous émeut tant? L’urgence avec laquelle les gnous se déplacent? Les vastes plaines? La lumière africaine? Ou peut-être est ce le fait que nous venons tous d’ici, il n’y a pas si longtemps … Ou peut-être est ce juste le grand nombre de ces animaux qui migrent et qui représentent la dernière grande migration dans le monde


Markus Borner (traduit par moi même) 
 

Dans les années 50, les zoologistes Bernard et Michael Grzimek ont tenté de compter ces milliers de migrants. Ce furent les premiers à dévoiler cet impressionnant écosystème du Serengeti Mara et de cette migration.

 

Qui effectue cette transhumance?

A ce jour, le nombre d’animaux migrants atteint les deux millions. Composée essentiellement de gnous, avec presque 1 million 500 000 têtes, mais aussi de gazelles de Thomson (environ 400 000) et de zèbres (environ 200 000).
Mais tous les gnous ne migrent pas. En Tanzanie par exemple, environ 50 000 gnous restent dans le cratère du Ngorongoro. Au Kenya, des gnous résident dans le Maasai Mara toute l’année.

 

Où et quand voir la migration?

La migration a lieu toute l’année. Il suffit d’être au bon moment au bon endroit. De Juin à Octobre, les gnous et autres sont dans le Maasai Mara. A partir de novembre ils redescendent vers le sud du Serengeti, dans les plaines du Ndutu. Là, à partir de février, sur une durée de 3 semaines environ, 80% des femelles gnous pleines vont mettre bas, 300 000 gnous vont voir le jour! De quoi faire tourner la tête aux prédateurs! Toute une nouvelle génération de gnous arpentent l’herbe encore fraîche et humide. A partir d’Avril, la végétation jaunit, le cycle de la migration reprend alors son cours…

 

La migration dans le Maasai Mara

Il n’y a pas réellement de structures sociales au sein de ces gigantesques troupeaux de gnous, mis à part les liens qui unissent une mère et son petit. Il n’y a pas de mâle ou femelle dominant, aucun leader. Il suffit qu’un gnou emboite pas, et la migration peut commencer!
Les premiers animaux arrivent donc entre Mai et Juin dans le Maasai Mara. Un peu plus tard, une autre colonne de gnous arrivent des collines de Loita, au Nord Est. D’autres arrivent du Sud et Sud Est et sont les premiers à arpenter les plaines de Maasai Mara au centre, vers Keekorok.
Les Crossings:
Ces animaux traversent la rivière Mara pour rejoindre les plaines d’herbes fraiches. La Mara part du Nord de la réserve près de l’escarpement d’Oloololo pour rejoindre la Sand River au sud à Purungat Gate (à la limite de la Tanzanie). La Sand River marque d’ailleurs la frontière entre le Maasai Mara et le Serengeti. Des milliers de gnous se mélangeant au zèbres et aux gazelles traversant la Mara dans un vacarme assoudirssant, les sabots qui martèlent le sol, la poussière soulevée par cette cohue en mouvement est un spectacle saisissant! Mais il est aussi déchirant… Car voir les crocodiles se ruer et piéger les herbivores qui doivent lutter contre le courant et la noyade peut être assez éprouvant pour les âmes sensibles.

 

Les prédateurs, des obstacles pour les gnous

Il faut bien que cette arrivée massive d’herbivores profite à quelqu’un! Et ce sont les carnivores qui s’en donnent à coeur joie! Les crocodiles par dizaines à différents endroits des rivières attendent patiemment une année avant que ces milliers de gnous arrivent! Alors quand ils sont là, ils mangent plus qu’à leur faim! Et sur la terre ferme, ce sont nos amis les carnivores qui prennent le relais! Aucun carnivore ne migrent, le reste de l’année ils se nourrissent des herbivores qui ne migrent pas (gnous, zèbres et gazelles de Thomson qui sont restés, et les espèces non migratrices telles que impalas, buffles, topis, gazelles de grant, oryx…). Mais quand cette avalanche de nourriture arrive, les grands prédateurs (lions, léopards, guépards, hyènes, lycaons, chacals) vont aussi bien chasser que se nourrir des proies capturées par les autres. Contrairement à ce que beaucoup pensent, la hyène est un chasseur hors pair! Et le lion se transforme très facilement en charognard dès que l’occasion se présente! Tous se tiennent prêt en embuscade ou à voler le repas d’un autre… Les vautours se préparent également à tenir leur rôle de nettoyeur de la savane.
Au total, on estime que chaque année 10% des gnous vivent leur dernière migration …

 

Quand les gnous quittent le Maasai Mara

En octobre donc, les gnous s’éloigne du Maasai Mara pour le sud du Serengeti où les femelles vont donner naissance à des milliers de bébés gnous. L’herbe tendre et verte est devenu dru et jaune. Pendant ces 4 à 5 mois dans de Maasai Mara, on estime que les gnous produisent 60 000 tonnes de bouses qui fertiliseront la terre du Maasai Mara qui pourra ainsi de nouveau accueillir la plus grande migration terrestre au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *