La lionne et l’Oryx : Kamunyak, la lionne bénie des Dieux

Ceci n est pas un mythe, ni une légende, ni une fable de la fontaine… 

Ceux qui commence à me connaitre savent que je suis une amoureurse inconditionnelle de la réserve de Samburu au Kenya. Peut être est ce parce que c’est la terre des Miracles 

 La réserve nationale de Samburu, au Kenya fut le lieu où naquit une relation magique entre des animaux bien différents ! Ils auront attirés la curiosité de journalistes de différents coins du monde,  mais auront aussi bien donné du fil à retordre aux naturalistes ! 

Kamuniak

Dans cette belle réserve du nord du Kenya, une lionne menait une vie de solitaire après avoir probablement été abandonnée par sa troupe. Fin décembre 2001, elle s’apprêtait à aller chasser un Oryx, antilope majestueuse aux cornes redoutables que l’on trouve surtout dans les milieux désertiques ou semi désertiques.

La lionne tomba sur un bébé oryx caché dans les buissons. Et au lieu de se jeter sur lui, elle resta aussi immobile que lui était pétrifié. Mais le bébé oryx alla chercher vers la lionne le réconfort maternel. Et la lionne le laissa faire. Et ils vécurent ainsi tous les deux pendant 2 semaines. Rappelons que les lions dorment presque 20 heures par jour, un oryx environ 6 heures ! Mais ils partageaient tous deux leurs journées et leurs siestes.  Mais l’Oryx recherchait sa mère et surtout les bienfaits du lait maternel. Mais dès qu’il essayait d’aller vers les siens, la lionne le suivait à distance, mais les Oryx voyant la lionne fuyaient. Et la lionne rattrapait son « bébé ». C’est assez impressionnant de voir cette lionne rester derrière son orphelin, il est clair que ce n’était pas du tout une attitude de prédatrice mais de mère qu’elle avait envers lui. Les Samburus (peuple guerrier du Kenya) ont alors décidé d’appeler cette lionne Kamuniak, ce qui signifie « la bénie des Dieux ». Malheureusement Kamuniak perdra son enfant adoptif. Le bébé Oryx sera tué par un lion, sous les yeux de Kamuniak qui regardait le mâle partir avec son petit d’un air terrifiée. Elle resta sur les lieux un moment comme tout mère le fait lorsqu’elle perd son petit. 

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Pendant 2 mois la lionne chercha, non pas de quoi se mettre sous la dent, mais un nouveau bébé. Et c’est le 14 février qu’elle se trouva un autre oryx. Mais ce dernier, âgé de 3 jours, était suivi par le Kenya Wildlife Service (l’organise en charge de la gestion de la faune au Kenya), ils ont décidé de lui enlever son bébé. L’oryx ne pouvait être rendu à sa vraie mère en raison de l’odeur de la lionne sur lui. Il fut placé en orphelinat où il y passa des jours heureux.

Kamuniak fut semblait dévastée et chercher son bébé partout.

 

Et ce fut en avril, le jour de pâques, que Kamuniak défia encore les lois de la nature ! Elle adopta son troisième bébé oryx. Sa préférence pour cette antilope commençait aussi à soulever des questions ! Car pas besoin de vous dire que les naturalistes, journalistes et réalisateurs animaliers étaient déjà présent pour observer la lionne Bénie des Dieux. Mais on ne sut jamais de ce que devint ce nouvel adopté. 

Kamuniak décida d’adopter son quatrième oryx qui était âgé de 10 jours. Mais la maman Oryx sur ce coup là ne se laissa pas faire et profita du moment où la lionne partit chasser pour récupérer son bébé ! 

Alors elle décida, en octobre 2002 de kidnapper son cinquième Oryx ! Mais là c’est le père qui est venu reprendre son bébé.

En février 2003, Kamuniak fut aperçu alors qu’elle venait de perdre son sixième Oryx…

L’ordre naturel reprit ensuite son cours, elle retrouva les siens et eût elle-même des lionceaux !  

 De nombreux zoologistes, naturalistes, réalisateurs ou auteurs de nombreux ouvrages sur la faune ont tenté de comprendre. Les explications allaient dans tous les sens ! Les Samburus y voyaient le signe précurseur d’une future société pacifiée ! Un des naturalistes les plus réputés pensa que la lionne était folle ! D’autres évoquèrent le changement climatique, la pollution, changement hormonal, déforestation (bref tout ce qui ne va pas sur notre terre) ! Mais Jonathan Scott (documentariste et écrivain) y vit qu’un refus de comprendre. Il proposa d’examiner la lionne pour voir si elle était bien capable de faire des petits. Le Directeur du Serengeti Lion Project Craig Packer, Sarah Douglas Hamilton (conversationniste réputée) expliquèrent que la lionne n’avait pas perdu son instinct de prédatrice car elle continuait de chasser et de se nourrir. Mais il était clair qu’elle ne faisait pas la différence entre le bébé oryx qui était une proie et un bébé. Elle n’y vit que le bébé. Cela pouvait s’expliquer par un manque affectif de la lionne. Les lions sont des félins très sociaux, ils ont besoin des interactions entre les individus, besoin de leurs proches. Cette lionne était seule et n’avait jamais eu de petits. Elle recherchait son petit à elle à élever. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *